Un été mouvementé!

Publié le par Goupe des Associations de Bagnolet

Un été mouvementé!

Nous publions sur notre blog la tribune de Jimmy Parat du parti Français& Musulman élu d'opposition au conseil municipal de Bagnolet.

Nous sommes à 9 mois d’Etat d’urgence, qui, suite à l’attentat de Nice a été prolongé jusqu’en Octobre 2016.

L’Etat d’urgence, jusqu’à présent nous a protégé de rien, bien au contraire il a permis des dérives clivantes et sectaires instaurant ainsi un climat nauséabond en prenant pour cible une partie de la population.

Cet outil mis en place par le gouvernement rappel à nombre de concitoyens ces périodes où les minorités ethniques étaient également stigmatisées et mise à la marge.

Cet Etat d’urgence n’arrange pas que le gouvernement qui peut se permettre toutes formes d’ingérence, il profite aussi très largement aux maires, comme on a pu le voir avec les arrêtés liberticides anti-burkini dans les villes balnéaires aisées du sud validé par le tribunal administratif de Nice.

Cette décision, agrandit la brèche déjà bien béante de la discrimination religieuse à l’encontre de la 2e plus importante religion de France. A n’en pas douter c’est vers l’interdiction du voile, purement et simplement, que nous nous dirigeons.

A l’instar des monarchies théocratiques où certaines tenues vestimentaires sont proscrites pour les femmes, la France, pays des droits de l’homme, abandonne les droits des femmes.

Les maires des villes littorales ne sont pas les seuls à profiter de l’Etat d’urgence. Dans notre département nous avons nos lots de maires prévaricateurs à l’image de celui du Bourget qui profite de cet environnement politique particulier pour fermer une association cultuelle, à l’aide du préfet de Seine-Saint-Denis.

Ou encore celui de Bagnolet qui dans la même lancée que les nombreux maires de droites décident de faire accélérer le processus d’expulsion de l’association nubienne de France d’un local dans lequel ils ont investi du temps et de l’argent.

Toujours avec l’appui du préfet. Cet arrêté arbitraire émis par le maire de Bagnolet à l’encontre de cette association utilise les mêmes outils juridiques qu’à Nice, et sert également les mêmes desseins.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article