PROCES CONTRE YOUCEF BRAKNI : VICTOIRE!

Publié le par Goupe des Associations de Bagnolet

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Laure Brossier a perdu le procès qu’elle m’a intenté injustement devant le Tribunal Correctionnel de Paris, qui vient de me relaxer.

 

Par jugement du 13 décembre 2016, la 17ème chambre correctionnelle de Paris m’a relaxé des poursuites engagées injustement contre moi par Marie-Laure Brossier, conseillère municipale de Bagnolet.

Conformément à la loi, elle dispose de 10 jours pour faire appel.

 

En prononçant ma relaxe, le Tribunal a reconnu mon innocence que je ne cessais de clamer face aux menaces de poursuites judiciaires alors proférées par Marie-Laure Brossier. Le Tribunal a reconnu que j'ai exercé ma liberté d'opinion lorsque j'ai critiqué le rapprochement qu’elle a fait entre l’ouverture «d’ une école coranique illégale » dans les locaux municipaux de Bagnolet et la prétendue pactisation des élus locaux avec « les islamo-nazis », dénoncée par Malek Boutih.

 

Contrairement à ses insinuations tendant à dissimuler son fiasco politico-judiciaire, financé de surcroit par les contribuables de Bagnolet, le combat judiciaire que Marie-Laure Brossier a provoqué ne s’est pas achevé par un « match nul » comme elle le prétend, mais par sa défaite totale, sous réserve naturellement de l’éventuelle procédure d’appel.

 

En effet, si mon avocat, conformément aux usages judiciaires en la matière, a soulevé de nombreux moyens en la forme et au fond tendant à faire échec à l’action de Marie-Laure Brossier, l’objet principal du procès porte sur le délit de diffamation dénoncé par elle, délit dont je suis relaxé.

 

Mon avocat reviendra prochainement sur ce procès pour analyser sa portée politique et morale, en invoquant notamment :

 

- Le fait que Marie-Laure Brossier m’a poursuivi pour diffamation envers un particulier, tout en demandant la protection fonctionnelle que la loi réserve aux élus diffamés dans l’exercice de leur mandat, protection pourtant accordée.

 

- Mon avocat a fait citer le maire de Bagnolet, en qualité de témoin, à l’audience, et celui-ci a brillé par son absence, en s’excusant auprès du Tribunal par lettre dans laquelle il affirmait qu’il n’avait rien à dire devant le tribunal, étant étranger aux propos échangés entre les parties. Pour autant, le maire, qui n’avait rien à dire, n’a pas moins cru devoir accoucher d’un communiqué, le jour de l’audience, pour défendre l’octroi de la protection fonctionnelle que la ville devrait aux élus, en dissimulant à ses administrés, la plainte de Madame Brossier pour diffamation envers un simple particulier, ce qui relève d’un mensonge par omission.

 

-Marie-Laure Brossier et son comité de soutien ont transformé le simple procès judiciaire, opposant une élue à un simple militant associatif exerçant son droit de critique, en une guerre civilisationnelle  entre « Marilou » élue « laïque et républicaine », et l’obscurantiste « racaille de la pire espèce » comme je suis qualifié sur la page Facebook du comité de soutien de l’élue.

 

Marie-Laure Brossier et ses soutiens revendiquent sans cesse être les défenseurs de la liberté d'expression contre les attaques des « obscurantistes » dont je serais selon eux. Ce procès montre qu'en réalité, c'est Marie-Laure Brossier qui a tenté d'empêcher un militant des quartiers populaires d'exercer sa liberté d'expression dans le débat public. Le jugement du Tribunal a donc entre autres le mérite de dévoiler l'instrumentalisation que font Marie-Laure Brossier et ses soutiens de la liberté d'expression. Une fois de plus, on constate que les laïcistes aiment les principes républicains comme l'avide industriel aime la vache à lait. Tout ça n'est pas crédible.

 

Pour le reste, la tentative d'intimidation politique que j'ai subie n'a pas fonctionné, et c'est une belle victoire pour tou-te-s les militant-e-s des quartiers populaires. Cela montre qu'on peut militer dans nos quartiers, dénoncer l'injustice et la discrimination, rester debout, rester digne, assumer ses propos parce qu'ils sont sincères et justes, et lorsqu'on est attaqué en justice, gagner !!!

 

Je tiens à rendre hommage au travail MAGISTRAL de mon avocat Ahcène Taleb.

 

Je remercie Brahim Benramdan, élu d'opposition à Bagnolet, qui a été le seul à voter contre la protection fonctionnelle à Marie-Laure Brossier, je salue son courage.

 

Je remercie tous les citoyens qui m’ont aidé financièrement à supporter les frais de la procédure.

 

Cette victoire a été possible grâce aux soutiens de tous ceux qui savent que l'intimidation politique par le biais de l'attaque judiciaire peut être une arme redoutable. Grâce à eux, cette arme ne m'a pas fait plier, elle ne NOUS a pas fait plier. La lutte continue !

 

Youcef Brakni

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sarah Langlois 15/12/2016 22:58

Bravo pour votre combat, et pour votre victoire!