Qui se cache derrière l'Association Française des Victimes du Terrorisme ?

Publié le par Goupe des Associations de Bagnolet

Qui se cache derrière l'Association Française des Victimes du Terrorisme ?

L'une des attaques les plus agressives contre la décision de faire de Georges Ibrahim Abdallah le citoyen d'honneur de Bagnolet, outre évidemment celle du CRIF qui a aboyé via le Figaro, est venue de l'Association Française des Victimes du Terrorisme (AFVT). C'est d'ailleurs cette association qui a été interviewée dans le reportage de France 3 du 7 janvier dernier consacré à Georges Ibrahim Abdallah, reportage dans lequel nous aussi avions eu la parole. (voici le lien du reportage https://www.youtube.com/watch?v=V-l7SfUzlQM)

Nous avons fait notre petite enquête sur cette association de « victimes », et nous n'avons pas été déçus du voyage qui nous a conduits jusque dans l'Algérie des années 50.

Commençons par rappeler ce qu'a dit l'AFVT sur la décision de faire de Georges Ibrahim Abdallah le citoyen d'honneur de Bagnolet : « A l’heure où nos compatriotes sont pris pour cible en France comme à l’étranger, il n’est pas acceptable de donner à un terroriste une telle distinction institutionnelle et symbolique. Par cette décision, Monsieur le Maire de Bagnolet envoie un signal approbateur à tous ceux qui prônent la violence et l’extrémisme. A l’heure où notre pays doit se mobiliser contre la menace de la radicalisation, il nous paraît irresponsable de justifier le principe de la violence par le biais d’actions terroristes revendiquées et assumées comme telles jusqu’à aujourd’hui. Au contraire, alors que la société doit faire face à une défiance sans cesse accrue envers nos institutions, il nous paraît impératif de promouvoir des modèles de citoyenneté positive » (communiqué de presse du 7 janvier 2014, AFVT).

Résultat de notre enquête : Guillaume Denoix de Saint-Marc, la personne que l'on voit dans le reportage de France 3 et qui représente l'AFVT, est, pour commencer, le neveu de Hélie Denoix de Saint-Marc, qui fut au service du Général Massu en Algérie, à la tête du 1er REP (Régiment Etranger de Parachutistes, dissout depuis cette époque) et putschiste-des-Généraux en 1961. Il sera condamné et fera quatre ans de prison pour ça. A noter qu'il est décédé l'année dernière, avec la légion d'honneur à la boutonnière!

Par ailleurs, Guillaume Denoix de Saint-Marc est aussi le fils de Jean-Henri Denoix de Saint-Marc, décédé dans l'attentat du DC10 d'UTA. Il était Directeur de Total pour l'Afrique...

Enfin, Guillaume Denoix de Saint-Marc est le frère de Renaud Denoix de Saint-Marc qui travaille au Sénat et qui a fait le panégyrique de Pierre Messmer, « pacificateur » au Cameroun dans les années 1950, « pacification » qui fera plusieurs centaines de milliers de morts à coup de bombardements au napalm et de têtes coupées de maquisards exposées sur les marchés.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que sur la question de la « terreur » et des « terroristes », la famille Denoix de Saint-Marc est très située idéologiquement.

Certes on ne choisit pas sa famille et peut-être que les chiens font des chats, mais quand on cherche à quels attentats L'AFVT s'intéresse plus particulièrement (il suffit d'aller sur son site où sont référencés les attentats dignes d'intérêt pour l'association), on voit que le premier « attentat » référencé est celui du Milk Bar à Alger le 30 septembre 1956 ! On a donc affaire à une association qui considère comme premières « terroristes » de l'Histoire du terrorisme Jamila Bouhired et Zohra Driff, toutes deux de grandes militantes du FLN, résistantes à l'oppression coloniale. Les chiens font donc bien des chiens. Avoir un putschiste de l'Algérie française assis à la même table lors des repas de famille n'est pas sans impact sur le choix des « terroristes » par l'AFVT. D'ailleurs, il n'est aucunement question des attentats perpétrés par l'OAS puisqu'on passe de Jamila Bouhired directement aux années 1970, où cette fois, les méchants terroristes sont palestiniens, bien sûr. A la lecture de la liste des attentats répertoriés, on est toujours du même côté. Evidemment, rien sur le terrorisme d'Etat. Donc rien sur ce qui fait l'essentiel de la politique étrangère Etats-unienne. On dénonce les palestiniens, rien sur les attentats israéliens, ne serait-ce que celui de Baruch Goldstein à Hebron. On dénonce l'ETA mais pas les Groupes Anti-terroristes de Libération, les Brigades Rouges mais pas la Stratégie de la tension italienne. Le tout faisant la part belle, bien entendu, aux attentats « islamistes ».

On peut observer, toujours sur leur site, que l'AFVT a construit des partenariats avec plusieurs organisations israéliennes « qui luttent contre la violence aveugle palestinienne ». On peut relever aussi, pour terminer, le prestige des financeurs qui soutiennent l'AFVT dont le Roi du Maroc, la mairie de Levallois-Perret (les Balkany) et Total... Que du beau monde.

Derrière l'appellation de « Association des victimes de terrorisme », certains pourraient penser qu'il s'agit de gens certes un peu perchés et pas très politisés, mais somme toute blessés et sincères, en mode humanitaire et compassionnel. Mais en grattant (oui, étant données nos récentes expériences militantes, on gratte systématiquement maintenant...), on se rend compte que les références de l'association sont liées à l'idéologie coloniale française, et qu'elle défend les intérêts impérialistes et sionistes. On ne s'attaque pas à Georges Ibrahim Abdallah par hasard.

Le CRIF, l'AFVT et d'autres sont en service commandé pour lancer sur Bagnolet une virulente attaque pour que jamais ne sorte de prison l'un des plus grands militants anti-impérialistes et anti-sionistes. Au delà des pleurnicheries pseudo-humanistes de l'AFVT, le camp politique à partir duquel chacun parle et combat est aujourd'hui très clair.

A tous ceux qui appartiennent au camp anti-impérialiste et anti-sioniste, Rdv le 16 janvier 19h au Cin'hoche de Bagnolet pour exiger la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

Comme on le voit, l'ennemi est organisé, puissant et déterminé à le faire mourir en prison. Soyons donc plus déterminés encore à l'en faire sortir !

http://artdelapaix.over-blog.com/2014/01/grand-meeting-georges-ibrahim-abdallah-citoyen-d-honneur-de-la-ville-de-bagnolet.html

Par le G.A.B (Groupe des Associations de Bagnolet)

Commenter cet article

Lilly 28/01/2014 19:33

C'est sur une demande exprèss de Meyer Habib que le préfet à porté plainte via les organisations CRIF ou Licra....