La déclaration du G.A.B lors du meeting "Georges Ibrahim Abdallah citoyen d'honneur de Bagnolet"

Publié le par Goupe des Associations de Bagnolet

La déclaration du G.A.B lors du meeting "Georges Ibrahim Abdallah citoyen d'honneur de Bagnolet"

Salam aleykoum, bonsoir,

Merci à vous d'être venus aussi nombreux pour Georges Ibrahim Abdallah, merci à Marc Everbecq de nous avoir permis de trouver une salle de rechange aussi rapidement suite à la censure du PS sur ordre du CRIF.

En effet, comme vous le savez, ce meeting devait avoir lieu au Cin'Hoche, mais à la dernière minute, le PS a décidé de nous en interdire l'accès.

Les élections municipales ont lieu le 23 mars : au GAB nous saurons tirer les conclusions politiques de cette censure du Parti socialiste. C'est simple, AUCUNE de nos voix n'ira à un Parti qui empêche la tenue d'un meeting en solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah !!!

Je voudrais (et il ne pouvait pas y avoir de meilleure occasion que ce meeting pour le faire...), rendre hommage à un homme qui nous a quitté subitement le 24 décembre 2013 : il s'agit de Fernand Thuil. Nous nous devons d'évoquer sa mémoire, celle d'un militant qui a lutté toute sa vie pour les palestiniens, en particulier les réfugiés, pour leur droit au retour. Nous l'avons connu au début des années 2000, c'est lui qui est à l'origine avec Marc Everbecq du jumelage entre le camp de Chatillah et la ville de Bagnolet. L'AJPF, l'organisation de Fernand, demandait évidemment la libération de Georges Ibrahim. S'il ne nous avait pas quitté si tôt, je sais que Fernand aurait été parmi nous ce soir. Nous saluons son courage, et nos pensées vont à sa femme Isabelle et à ses enfants.

C'est Georges Ibrahim Abdallah qui nous réunit ce soir, et je vous remercie encore d'être venus si nombreux pour lui, malgré les coups fourbes du PS.

Pourquoi au GAB, nous est-il apparu primordial de nous battre pour sa libération ? Georges Ibrahim Abdallah est un héros arabe. Il en a toutes les caractéristiques, le courage, la sincérité, les convictions, la loyauté, la dignité, et j'ose le dire, le NIF !

Mais c'est un héros arabe que les arabes dans les quartiers ne connaissent pas. L'injustice due à notre indifférence à son égard vient s'ajouter à l'injustice de l'Etat français à son égard. A notre décharge, tout est fait pour que Georges Ibrahim soit inconnu dans les quartiers. La preuve, le PS qui empêche la tenue de ce meeting, l'Association Française des Victimes du Terrorisme (l'AFVT) qui voudrait voir annuler la décision de faire de GIA le citoyen d'honneur de la ville, les menaces du CRIF, la désinformation des médias, ou l'invisibilisation de nos mobilisations pour sa libération, invisibilisation accrue quand il s'agit de mobilisations à l'initiative des quartiers populaires. Tout est fait pour que Georges Ibrahim Abdallah soit inconnu au bataillon, et qu'il meurt en prison sans que ça fasse de vague.

Malgré cette chape de plomb, pour nous, il est essentiel que les quartiers s'emparent de l'exigence de sa libération ; Georges Ibrahim Abdallah doit être central parmi nos revendications politiques. Parce que se battre pour Georges Ibrahim Abdallah, c'est se battre pour nous mêmes !

D'abord parce que si Georges Ibrahim est toujours en prison, c'est parce qu'il est arabe, et comme tout arabe digne de ce nom, il subit des lois d'exception au pays qui donne des leçons de droits de l'homme au monde entier.

Ensuite, parce que si nous savions créer un rapport de force politique plus en notre faveur, Georges Ibrahim ne serait pas en prison. Son emprisonnement de 30 ans traduit notre faiblesse politique et notre impuissance.

Enfin, dire que son combat est notre combat, c'est réaffirmer que combattre pour la libération de la Palestine, c'est combattre pour nous ici, contre les inégalités et les humiliations que l'on subit ici. Parce que tout est lié, notre destin est lié à celui de Georges Ibrahim, comme il est lié à celui des palestiniens. Et ça, les sionistes et autres fachos qui veulent nous maintenir la tête sous l'eau ici (comme ils veulent maintenir la tête des palestiniens sous l'eau là-bas), l'ont bien compris ! Et c'est pour ça je le répète qu'on a cherché à empêcher la tenue de ce meeting !

La mobilisation du GAB pour Georges Ibrahim s'inscrit dans la continuité de ce qui nous anime, pour la Palestine et contre l'impérialisme dans le monde arabe. Une continuité et une cohérence qui font qu'au GAB, comme nous nous étions mobilisés pour faire de Salah Hamouri le citoyen d'honneur de Bagnolet, nous nous sommes mobilisés pour que Georges le soit à son tour.

Les citoyens d'honneur disent beaucoup sur la ville qui les a honorés. En quelque sorte : « Dis moi quels sont les citoyens d'honneur de ta ville, et je te dirais si j'ai envie d'aller y vivre ».

Par exemple, la ville de Paris a comme citoyen d'honneur Gilat Shalit, qui était vous vous en souvenez ce soldat de l'armée sioniste d'occupation, armée qui colonise et extermine les palestiniens. Nous, c'est Georges Ibrahim. C'est pas le même projet !

On remarquera que ce sont les mêmes qui ont milité pour faire de Gilad Shalit le citoyen d'honneur de la ville de Paris qui viennent aujourd'hui reprocher à Bagnolet d'avoir choisi Georges.

Tout à l'heure, Jérome parlera plus précisément de Georges, moi ce que je tiens à dire surtout c'est que Georges est un prisonnier POLITIQUE et qu'il est maintenu en prison pour cela.

J'aimerais vous parler de quelqu'un pour terminer. Voilà ce que disait de cette personne le parti au pouvoir en Grande Bretagne à la fin des années 80 : « Pendez-le et tous les membres de son organisation. Ce sont des Bouchers ». La personne que le pouvoir britannique voulait pendre à l'époque, c'est Nelson Mandela. Ce qui n'a pas empêché David Cameron de verser de grosses larmes de crocodiles à son enterrement. Je pourrais dire la même chose de Fabius ou Hollande, c'est juste que j'ai pas eu le temps de retrouver les citations du pouvoir français de l'époque. Ces larmes de crocodiles, certains élus communistes de Bagnolet en ont versé des litres ; En même temps qu'ils pleuraient soit-disant la mort de Mandela, ils s'abstenaient sur le vote pour faire de GIA le citoyen d'honneur de la ville. Alors que pleurer la mort de Mandela, c'est exiger la libération de GIA.

Alors soit ils n'ont pas compris quand Mandela disait « C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé, qui détermine la forme de la lutte. Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’a pas d’autre choix que de répondre par la violence. ».

Soit, et c'est le plus probable, ils le savent, ils ont compris, et ce sont des hypocrites qui ne laissent couler leur larmes que par calcul et opportunisme.

Je salue d'autant plus le courage politique de Marc Everbecq, parce qu'il s'agit bien de courage. Quand certains ont hurlé à « l'apologie de terrorisme et d'assassinats », il n'a pas cédé. Quand certains medias l'ont présenté comme « antisémite », il n'a pas cédé. Quand le CRIF s'est fait menaçant, il n'a pas cédé. Quand il a appris qu'on nous retirait la salle, il n'a pas cédé. Donc bravo. Comme je dis bravo aussi à messieurs les maires de Grenay et de Calonne-Ricouart. J'espère que d'autres maires suivront votre exemple.

Comme j'espère que d'autres militants de quartier se mobiliseront pour faire de Georges Ibrahim Abdallah le citoyen d'honneur de leur ville. Il faut que Bagnolet, Grenay et Calonne-Ricouart soient les trois premières villes d'une longue série, pour impulser une dynamique, qui participera du rapport de force politique indispensable pour faire sortir Georges Ibrahim Abdallah de prison.

Palestine libre ! Liberté pour Georges Ibrahim Abdallah ! INSHALLAH

Pour le GAB, Youcef Brakni

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article