Le 25 novembre : une journée ordinaire pour les femmes musulmanes opprimées par l'Etat français

Publié le par Goupe des Associations de Bagnolet

Le 25 novembre : une journée ordinaire pour les femmes musulmanes opprimées par l'Etat français

Le 22 novembre 2013 à Bobigny, le gouvernement et le Conseil général de Seine-Saint-Denis ont organisé des rencontres dans le cadre du « 25 novembre: Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes ».

Etaient présents à ce colloque, entre autres, Najat Vallaud-Belkacem, ministre PS aux Droits des femmes, et Stephane Troussel, Président PS du Conseil général de Seine-Saint-Denis.

Le colloque se devait de commencer de bon matin par la violence à laquelle toutes les femmes qui vivent en France pensent en premier quand elles ferment les yeux : le mariage forcé.

Bah oui, c'est hyper violent le mariage forcé.

Certes, ça ne concerne pas toutes les femmes qui vivent en France, ça ne concerne que les musulmanes, mais l'Etat français se soucie particulièrement des violences que subissent les femmes musulmanes, tout le monde sait ça... C'est pourquoi il était essentiel lors du colloque de pointer du doigt les deux ennemis principaux des femmes musulmanes : leur famille et leur religion.

Le message est clair et sans appel : l'Etat français sera sans pitié contre les familles immigrées et contre l'islam s'ils continuent à faire du mal aux pauvres petites femmes musulmanes en les mariant de force. Merci l'Etat français pour ton aide.

Ensuite, les différents intervenants au colloque passèrent en revue et dénoncèrent les violences faites aux femmes de souche (claques et autres coups de pied). Toute la journée à parler de violence, ici, en France, où les français sont si galants avec les françaises, ça a épuisé tout le monde. Alors pour détendre un peu l'atmosphère, en fin de journée, on a passé un petit film. « Wajda ». Comme son nom le laisse deviner, « Wajda », ça ne concerne pas une femme de souche. Mieux encore, ça ne se passe pas en France. Ouf, parce qu'après avoir parlé toute la journée des violences conjugales que même des femmes de souche subissent, ça fait du bien de braquer les projecteurs sur ce que font les Arabes. Et là personne n'a été déçu. De pures horreurs. En plus, il s'agissait des Arabes d’Arabie, on peut pas plus Arabe, effet rassurant garanti. On se dit qu'il fait bon vivre en France quand même, et que deux trois tartes de temps en temps ne doivent pas gâcher le paysage, surtout quand on voit ce qui se passe en Iran. Ou plutôt en Arabie saoudite, l'Iran c'était l'année dernière.

En tout cas, c'est un joli petit film qui a détendu tout le monde en fin de colloque.

Ce colloque reflète assez bien la politique du gouvernement en matière de « Droits des femmes ». Il veut marquer la spécificité des violences que subissent les femmes immigrées, avec l'idée que ces femmes subissent plus de violences que les femmes blanches parce qu'elles sont musulmanes, et qu'il n'y a rien de pire pour les femmes que l'Islam. Rien de mieux pour véhiculer cette idée que de communiquer dans les médias, les écoles ou les centres sociaux sur les mariages forcés, laissant penser que le mariage forcé équivaut au mariage musulman. Et les études financées par l'Etat lui-même qui démontrent que le mariage forcé est résiduel chez les immigrés n'y font rien. Quand on tient un filon, on l'épuise jusqu'à en trouver un autre.

Sur le principe de s'intéresser plus particulièrement aux violences que subissent les femmes musulmanes en France, nous sommes assez d'accord. Mais pour en parler, pas la peine de sous-titrer un film d’Arabie saoudite. Restons en France.

Petit aperçu des violences que subissent « spécifiquement » les femmes musulmanes, noires et arabes.

  • discriminations dans l'accès au travail, au logement...
  • humiliations au travail, déclassement...
  • exploitation dans les secteurs d'activité les plus usants, les plus précaires, les plus mal-payés comme le ménage, le tertiaire à la chaîne...
  • avec des taux de chômage trois fois plus importants que la moyenne
  • insécurité incessante dans laquelle vivent les femmes sans-papiers
  • objets d'expérimentation des politiques de contrôle et de gestion des immigrées comme la politique de la ville, la parentalité, les centres sociaux...
  • objets de stigmatisation dans les medias
  • objets d'agressions physiques cautionnées par les appels à la chasse à la musulmane des Valls et consorts
  • objet des lois islamophobes

La politique du gouvernement dite des « Droits des femmes » contre les familles musulmanes et l'Islam, veut pousser les femmes musulmanes à la rupture familiale, pour entre autres en faire de la main d'oeuvre docile, sans ressources identitaires, malléables, et exploitables à merci.

L'Etat français dit protéger les femmes musulmanes qui seraient maltraitées dans leurs familles, par essence maltraitantes, et soumises à une religion obscurantiste, par essence hostile aux femmes. Nous, nous disons que c'est l'Etat français qui opprime les femmes musulmanes, et que leurs familles et l'Islam constituent pour elles une force, une arme pour résister face à la violente oppression raciste et sexiste qu'elles subissent.

On constate à nouveau que le PS est le maitre en matière d'islamophobie sauce droit-de-la-fâmiste. Ne soyons pas dupes. Aux municipales de 2014, boycottons le PS en masse.

Par le G.A.B (Groupe des Associations de Bagnolet)

Commenter cet article

saliha 15/12/2013 21:08

wesh je ne saisie pas de quelle journée vous parlez ,celle organisée par l'observatoire est la vitrine du département sous les communistes et ça continue avec les socialistes et pour une fois j'y ai appris des choses;mais affirmer qu'il n'a été question que des femmes musulmanes ? on ne devait pas etre au meme endroit AH OUI MOI J'Y ETAIS LE 19 NOVEMBRE JE COMPRENDS MIEUX